2 avril: Les traditionalistes catholiques sur les réseaux sociaux : Impacts de la présence et des liens virtuels des communautés sur l’activisme hors-ligne

Pour la séance préparatoire du mardi 2 avril, Charlotte Blanc nous propose une réflexion sur Les traditionalistes catholiques sur les réseaux sociaux : Impacts de la présence et des liens virtuels des communautés sur l’activisme hors-ligne

Les débats sur le Mariage Pour Tous ont été l’occasion pour certaines catégories de catholiques de manifester leur mécontentement et de rendre visible leur conception morale des valeurs et structures familiales. C’était par conséquent l’opportunité d’observer l’état de ce débat sur les réseaux Internet catholiques, en lien également avec les revendications « Pro-vie ». Le choix s’est porté sur les traditionalistes catholiques dont les contours seront définis en séance préparatoire. La structure même d’Internet est toute indiquée à l’expression des groupes religieux en minorité et des mécontentements. Les médias sociaux offrent la possibilité de faire communauté autrement, dans un monde virtuel de signes et de représentations. Un monde de libre expression qui redéfini les normes et la structure du lien social.

Le sujet de recherche traité se fonde dans un premier temps sur une analyse du concept méso-sociologique de réseau. La question de réseau social implique une mise en relation d’individus sur des dispositifs de communication. La recherche en cours s’intéresse au niveau groupal de la question de réseau, ce qui implique la mise en perspective du concept d’acteur collectif. Le concept de réseau est employé ici en tant que cadre relationnel aux comportements des individus au sein des groupes concernés.

Prenant par conséquent les traditionalistes catholiques et leur activisme dans la lutte contre les IVG, la contraception et le « Mariage Pour Tous », nous partons du postulat que le(s) réseau(x) traditionaliste(s) se fondent à la fois sur des liens préexistants et à la fois sur la notion d’intérêt partagé. L’intérêt partagé des traditionalistes catholiques dans notre objet de recherche concerne la lutte pour la défense des valeurs familiales. Ainsi, après une observation de la structure en réseau des groupes traditionalistes nous nous pencherons sur une approche sémio-pragmatique et qualitative des référents symboliques construits et véhiculés au sein des réseaux traditionalistes.

La (re)présentation des traditionalistes catholiques se constitue, depuis le débat sur le Mariage Pour Tous à l’Assemblée, comme un groupe de pression et se structure autour de la volonté de défendre des intérêts particuliers d’ordre principalement moraux. Nous nous poserons par conséquent la question de l’ « identité numérique » des groupes traditionalistes sur le Net. Autour de quels éléments d’identification et de référents symboliques les traditionalistes échangent-ils et agissent-ils ?

Nous mettrons à plat les cadres théoriques ainsi que les méthodes employées à l’analyse d’une méso-structure et d’une communication orientées vers un but commun et dirigées par une morale et une vision caractérisée de la France chrétienne.

Il incombe de procéder à un travail de typologie sur les structures relationnelles des traditionalistes sur Internet en faisant une analyse des supports employés par ceux-ci et en mettant en rapport avec le type de communication engagée. Ceci fera donc intervenir également la question des usages et des fonctions du Web pour les communautés traditionalistes. Une seconde approche sera à caractère sémiotique et social, puisqu’il s’agira de déterminer les signes identitaires engagés sur la Toile et les stratégies d’« action sociale » que les internautes mettent en œuvre sur le Web. La première démarche s’attache donc à la structure même du support médiatique, la seconde se positionne du point de vue de l’acteur-internaute et de l’acteur collectif qui par leurs actions participent de l’imaginaire groupal des communautés et de l’émergence de l’identité de groupe. L’action jointe de ces démarches permettra d’établir un lien entre structure, production de sens et action collective.

Nous proposons lors de l’atelier de traiter en particulier du cadre théorique et des méthodes mises en œuvre dans le domaine de la recherche sur Internet en SHS ; et nos choix pour l’étude engagée. De même nous souhaitons, pour poser les bases de la communication prévue en mai, aborder les nombreux concepts utilisés pour cette étude (réseau social, communauté virtuelle, identité numérique…) ainsi que de discuter des bases historiques, culturelles et idéologiques du terme « traditionalisme catholique ».

Bibliographie sélective :

BRASHER, Brenda, (2004) Give Me That Online Religion. Rutgers University Press.

CAMPBELL, Heidi A. (2012) “Understanding the Relationship Between Religion Online and Offline in a Networked Society.” Journal of the American Academy of Religion 80 (1), p.64–93.

CARDON, Dominique, (2008/6) « Le design de la visibilité: un essai de cartographie du Web 2.0 »; Lavoisier, Réseaux: Réseaux sociaux de l’Internet, vol.6, n°152, p. 165-193.

CRISTOFOLI, Pascal, (2009) “Aux sources des grands réseaux d’interactions.” Réseaux n° 152 (6) p.21–58.

GOFFMAN, Erving, La mise en scène de la vie quotidienne, « La présentation de soi » (1959) et « Les rites d’interaction » (1967), Collection Le sens commun, Les éditions de minuit.

HELLAND, Christopher, (2005) “Online Religion as Lived Religion. Methodological Issues in the Study of Religious Participation on the Internet.” Online – Heidelberg Journal of Religions on the Internet volume 01.1 (Special Issue on Theory and Methodology): p.1–16.

KRÜGER, Oliver, (2005) “Methods and Theory for Studying Religion on the Internet : Introduction to the Special Issue on Theory and Methodology.” Online – Heidelberg Journal of Religions on the Internet volume 01.1 (Special Issue on Theory and Methodology): p.1–7.

LAZEGA, Emmanuel, (2007) “Réseaux Sociaux Et Structures Relationnelles.”puf, « Que sais-je ? »

MERZEAU, Louise, (2009/1) « Présence numérique : les médiations de l’identité » ; Les enjeux de l’information et de la communication, volume 2009, p. 79-91.

MILOT, Micheline, (1998) “Religion et intégrisme, ou les paradoxes du désenchantement du monde.” Cahiers De Recherche Sociologique (30)

PERRIN, Luc, (1989) L’affaire Lefebvre. Cerf.

PROULX, Serge, (2004) « Les communautés virtuelles construisent-elles du lien social ? » XVII° congrès international des sociologues de langue française, Tours, 5-9 juillet 2004. In Actes de travaux de groupe de Sociologie de la communication, Janvier. 291-297.

TINCQ, Henri, ( 2009) Catholicisme: le retour des intégristes. CNRS Editions.


Une réflexion sur « 2 avril: Les traditionalistes catholiques sur les réseaux sociaux : Impacts de la présence et des liens virtuels des communautés sur l’activisme hors-ligne »

  1. bravo pour cette séance qui me replonge dans un petit terrain réalisé à la fin des années 1980 à Nantes et ses environs jusqu’en Vendée au sein de la Fraternité Sacerdotale St Pie 10, alors en pleine ébullition sous l’égide du Msgr Lefèvre.
    j’avoue avoir complètement perdu de vue ces communautés depuis, ce petit rappel est salutaire et montre l’activisme contemporain qui permet plus encore aujourd’hui qu’hier avec les réseaux internétiques de diffuser leurs idées et leur morale réactionnaires

Répondre à héas Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search