Compte-rendu de l’atelier doctoral du 5 mars 2013

Léo Botton (doctorant LabEx HASTEC au CARE-CRH), « Les Exercices spirituels d’Ignace de Loyola et la pratique psychanalytique : tentative de distinction du lien et du non-lien entre deux pratiques de soi hétérogènes ».

Le vaste et ambitieux travail mené par Léo Botton, dans le cadre de sa thèse dirigée par Pierre-Antoine Fabre (CARE-CRH) et provisoirement intitulée « Des jésuites en psychanalyse : sources, pratiques, institutions », s’articule autour de trois axes. D’abord, il s’agit de comprendre le renouveau de la direction spirituelle jésuite depuis le milieu du XXe siècle à la lumière de l’apport de la science psychanalytique ; ensuite, d’examiner les raisons de la présence de nombreux jésuites au sein de l’École freudienne de Paris fondée par Jacques Lacan en 1964 ; enfin, d’étudier le regard nouveau posé sur les sources des premiers temps de la Compagnie (XVIe siècle) par les historiens jésuites influencés par la psychanalyse, dans les années 1950-1980.

À ce titre, la communication présentée par Léo Botton s’inscrit clairement dans la lignée des questionnements de Michel Foucault sur l’histoire de la subjectivité et du « souci de soi ». Les Exercices spirituels d’Ignace de Loyola et la pratique psychanalytique de l’école lacanienne sont présentés comme deux pratiques de subjectivité, permettant d’historiciser les rapports entre sujet et vérité.

À l’aide d’extraits des Exercices spirituels d’Ignace de Loyola et de deux schémas tout à fait éclairants, Léo Botton a mis en lumière les analogies formelles qui existent entre la pratique psychanalytique lacanienne et la pratique des Exercices spirituels. L’existence de liens particuliers entre analysant et analyste dans un cas, exercitant et directeur dans l’autre, a été soulignée. La place du langage dans ces liens est primordiale, de même que celle du troisième terme de la relation : Dieu dans le cas jésuite, l’« ordre symbolique du monde » dans le système lacanien. Cependant, les deux démarches correspondent à un acte originel de nature radicalement différente : l’acte de foi pour les exercices spirituels, l’engagement thérapeutique pour la psychanalyse. Ainsi, la comparaison formelle des deux dispositifs a permis de mettre au jour les liens à l’œuvre dans les deux pratiques, mais aboutit à une aporie logique.

Celle-ci peut être dépassée par un déplacement du regard, comme l’ont suggéré Pierre-Antoine Fabre et Dominique Iogna-Prat lors de la discussion, qui a donné lieu à des échanges fort enrichissants. Il s’agit de se déprendre d’une lecture trop foucaldienne du texte ignacien. En effet, dans le texte originel des Exercices spirituels rédigé par Ignace en vieux castillan (qui n’est pas le texte utilisé par la tradition jésuite du XVIIe au XXe siècle, qui, elle, fait usage d’un texte « officiel » de source vaticane), il n’est nullement question de vérité. Les traductions en français menées par des jésuites influencés par Lacan seraient-elles responsables de cette injection du lexique de la vérité dans le texte originel ? C’est une hypothèse de travail à explorer. Ainsi, quel est le statut de la vérité chez Lacan ? Ce regard a-t-il pu influencer le travail des historiens jésuites, analystes, analysants ou auditeurs du séminaire de Lacan, sur la source historique, et en particulier leur travail de traduction ? Ce sont ces questions complexes qui s’offrent maintenant à l’acuité et à la minutie de notre intervenant.

Dans la perspective de notre travail sur le « lien » en sciences sociales des religions, la séance a fait apparaître la richesse de cet outil de travail, permettant de faire se rencontrer chercheurs débutants et confirmés aux centres d’intérêt divers. Il ne faut peut-être pas figer ou durcir le terme dans une définition stricte qui permettrait d’en faire une notion, mais au contraire accepter sa fonction heuristique qui précisément réside dans sa souplesse. À suivre.

La prochaine séance d’atelier aura lieu le 2 avril et portera sur les « sacrés liens ! » sur Internet.


Publié par

Axelle Neyrinck

Doctorante à l'EHESS (CEIFR) en Histoire médiévale, doctorante contractuelle LabEx HASTEC. Page personnelle : http://ceifr.ehess.fr/index.php?/membres/les-doctorants-du-ceifr/673-axelle-neyrinck

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search