Compte-Rendu de la séance du 1er avril 2014: “Retrouver la Cité de Dieu en écrivant l’histoire byzantine”

“Retrouver la Cité de Dieu en écrivant l’histoire byzantine” a été le titre de l’intervention de Xavier AGATI (CRH, EHESS) au séminaire doctoral « Sacrés Liens ! », le 1er Avril 2014. Xavier AGATI travaille sous la direction de Paolo ODORICO (CEBNHSEE-CRH, EHESS). Nous avons eu l’honneur d’accueillir également Radu PAUN, chercheur au CERCEC, qui est venu commenter le travail du doctorant. Les échanges ont suscité l’intérêt général, en particulier lorsqu’ils ont été placés à la lumière du projet ambitieux de Xavier AGATI qui, dans le cadre de sa thèse, souhaite publier une édition critique de sa source principale: deux manuscrits autographes du Livre des Règnes du moine athonite Césaire Dapontès du Monastère Xiropotamos du Mont Athos.

 

X. AGATI nous en a d’abord offert une description introductrice: « Le Livre des règnes est une œuvre qui se présente comme une histoire de la succession des 93 empereurs chrétiens de l’Empire Romano-Byzantin, depuis le premier empereur romain chrétien Constantin Ier, en 306 ap. JC, jusqu’au dernier empereur byzantin avant la conquête ottomane, Constantin XI, en 1453. Il couvre 11 siècles et demi d’histoire. » Le plan de son étude est construit en trois parties.

C’est d’abord à la lumière de la vie de Dapontes que l’intervenant nous a fait la lecture de sa source, car des références y sont faites dans toute l’oeuvre du moine. Des renseignements ont donc été fournis sur trois périodes jugées importantes pour l’étude: sa vie séculière en tant que haut dignitaire dans les deux cours des Domn de Moldavie et de Valachie (1731-1746), son exil (1746-1753), et finalement sa conversion et vie monastique de 1753 jusqu’à sa mort en 1784.

La deuxième partie de l’exposé s’est appliquée au thème des tentatives de Dapontes d’exprimer et de vivre un lien à Dieu. En effet, le Livre des Reignes serait aussi « le livre de l’ascèse et du répentir, en vue de la rédemption et de la résurrection ». Pour l’auteur, il s’agit de partager des idées sur l’ascèse personelle, mais aussi sur l’ascèse de tout un empire.

Enfin, une dernière partie a été réservée à l’exposition du lien que noue Dapontes avec son auditoire. C’est un lien poétique, pédagogique, militant pour la valorisation de la culture byzantine au cours de la domination ottomane.

 

Cette intervention très dense a stimulé de nombreux commentaires de M.Radu PAUN qui a commencé sa prise de parole en nous apportant quelques présisions.

Rappelant que la source au temps de sa diffusion fut un énorme succès au point que les vers en étaient encore récités deux générations plus tard, Monsieur PAUN a souligné que ce texte devait très certainement répondre à une certaine demande littéraire de l’époque. Très largement diffusé dans le monde orthodoxe, son étude critique est certes inséparable de l’établissement d’une biographie de son auteur. Mais l’ampleur de l’oeuvre laissée par Dapontes rend la tâche difficile.

Une deuxième série de remarques a concerné la dimension pédagogique supposée du Livre des Règnes. Son auteur écrit à une époque où Byzance n’est plus qu’un mythe du passé. Il se sert pourtant de l’image de cette ville-empire qu’il n’a jamais connue comme spectre de références positives pour légitimer son discours. Indépendamment de l’histoire byzantine et de son héritage, c’est donc d’un modèle dont a besoin l’auteur, et ce modèle doit incarner, pour ses lecteurs, les valeurs d’un « Empire Chrétien ». La discussion sur ce sujet a donc fait émerger la possibilité que Dapontès, en développant ces récits, se soit engagé dans un processus de réécriture d’une théologie de l’histoire.

 

L’exposé remarquable de Xavier AGATI a été entièrement centré autour de la problématique thématique du séminaire, ce qui a aussi permis à ce jeune chercheur de considérer sa source sous un angle nouveau. Selon son raisonnement, l’oeuvre de Dapontes permet d’établir des rapports de plusieurs natures. Son développement richement documenté en dénombre quatre: le lien intime entre l’individu et Dieu, entre l’individu et les « modèles humains que sont les personnages des empereurs byzantins », entre l’auteur et ses confrères religieux, toutes trois constituant finalement la matière d’un dernier lien, le lien social, tissu d’une culture fondatrice de l’individualité.

 

Pour participer à ce séminaire, l’intervenant a analysé sa source sous un angle nouveau, en la plaçant à l’intersection de plusieurs axes d’étude qui ont permi la problématisation de son intervention.

Il l’établit ainsi en tant qu’élément de liaison entre deux périodes de l’histoire, deux cultures, deux religions, entre un auteur et son auditoire, et finalement – et essentiellement – entre un pêcheur et Dieu. Le plan qu’il a suivi pour la présentation de cet exposé très richement documenté, offre une place importante à la question du lien.

Séance du 6 Mai 2014 « Des Hommes et des entités, l’attachement des devins-guérisseurs malgaches à leurs esprits. Construction du lien sacré de l’initiation à la pratique rituelle »

Le sujet qui nous occupera durant la prochaine séance de l’atelier doctoral « Sacrés Liens » relèvera à nouveau d’une pensée anthropologique. Notre invitée pour ce séminaire sera Olivia LEGRIP-RANDRIAMBELO, doctorante du CREA de l’Université de Lyon 2 où elle travaille sous la direction de Lionel OBADIA. Sa thèse qu’elle intitule (Dé)loger le  mal.  Spatialité  et  pratiques religieuses de guérison en region Betsileo (Madagascar) fera l’objet d’un entretien avec les participants parmi lesquels figurera notablement Michael HOUSEMAN (CEMAF, directeur d’études à l’EPHE). Le sujet de la discussion se concentrera autour de notre theme d’étude du “lien sacré”, à la lumière duquel l’intervenante problematise un aspect de sa recherche pour en partagera les résultats avec nous.

Pour ce travail intitulé  « Des Hommes et des entités, l’attachement des devins-guérisseurs malgaches à leurs esprits. Construction du lien sacré de l’initiation à la pratique rituelle », Olivia LEGRIP-RANDRIAMBELO nous fournit le résumé d’intervention suivant:

 

Cette communication entend donner un aperçu des divers liens et modes de communications existant entre les devins-guérisseurs malgaches et les entités avec lesquels ils mènent des rituels de soin, de protection, de divination, etc.

C’est à partir d’une recherche de terrain ethnologique menée depuis 2007 en région Betsileo, dans les Hautes Terres centrales de l’île, et plus précisément dans la ville (capitale régionale) de Fianarantsoa et ses environs que sera basée cette intervention.

Il est proposé dans un premier temps, de détailler les divers types d’entités surnaturelles. Les manifestations religio-symboliques reçues par les devins-guérisseurs peuvent se présenter sous la forme d’entités aquatiques –andriambavirano-, d’ancêtres –razana– issus du lignage familial du spécialiste du magico-religieux ou encore d’ancêtres royaux ayant régnés dans la région du guérisseur ou dans une région plus lointaine mais néanmoins réputée pour la puissance de ses esprits.

Nous pourrons, dans un second temps, identifier des différentes formes de communications et de rencontres qui lient les devins-guérisseurs à ces entités. La première rencontre avec les entités surnaturelles relève de l’initiatique mais par la suite, quelle sera la fréquence des contacts ? Certains thérapeutes n’auront alors plus que des contacts oniriques ou visuels à leur domicile (lieu de leurs pratiques religio-thérapeutiques), alors que d’autres devront retourner auprès des esprits, à leur demande, lors de voyages subaquatiques ou de visites sur un lieu de culte précis. Nous verrons comment les guérisseurs apprivoisent les esprits et comment en contre-partie ils se laissent apprivoiser par eux dans un jeu de négociation et de respect des préceptes établis, les fady –littéralement « interdits ».

Le contact répété n’est alors plus celui de l’apprentissage initiatique mais bien celui permettant de guider les devins-guérisseurs dans les rituels religio-thérapeutiques entrepris quotidiennement dans le cadre de leur activité. Le lien sacré peut revêtir plusieurs formes allant de la transe de possession à la discussion avec l’esprit par le biais d’un miroir où seul le virtuose du magico-religieux entend les réponses aux questions posées pour ensuite les restituer à la personne venue le consulter. La question de l’hétéroglossie du discours religieux se pose en filigrane des séances rituelles où la voix de l’esprit est inaudible aux acteurs non-initiés du rituel.

La construction du lien sacré dans le contexte du culte ancestral malgache ne peut se faire que lorsque le devin-guérisseur se pense par ses ancêtres ou par les entités en rapport direct avec lui.