Séance du 7 Janvier 2014 : « Cultures et appartenance ‘catholiques’ dans le Saint-Empire et en France à l’aube de la Réforme (1517 – 1540) »

Dans la poursuite de notre enquête sur les liens sacrés, la prochaine séance de l’atelier doctoral aura lieu le mardi 7 janvier 2014. Pour ouvrir cette nouvelle année, nous avons l’honneur d’accueillir Marc MUDRAK (CARE-CRH, EHESS / Université de Heidelberg) qui présentera un travail sur le thème « Les liens matériaux dans la culture catholique et leurs rôles pour les distinctions socio-religieuses à l’aube de la Réforme dans l’Empire ». Ce sujet s’inscrit dans le cadre de sa thèse doctorale intitulée « Cultures et appartenance ‘catholiques’ dans le Saint-Empire et en France à l’aube de la Réforme (1517 – 1540) ». Il travaille sous la co-direction de Thomas MAISSEN (Université de Heidelberg) et de Christophe DUHAMELLE (CARE-CRH, EHESS) qui sera présent à l’occasion de cette intervention. Voici le texte par lequel il annonce son exposé :

« La Réforme allemande, dont le point de départ est l’affichage de ses quatre-vingt-quinze thèses par Martin Luther sur la porte de l’église de Wittenberg en 1517, est un événement qui a suscité une historiographie riche et controversée. Mais la Réforme n’était pas seulement un événement évangélique. Au contraire, il s’agit d’une époque ou s’effectue une différenciation complexe des liens religieux – et donc des liens sociaux.

Le « camp catholique », dont certains contours deviennent alors visibles, a été l’objet d’une historiographie essentiellement théologique et politique. Ainsi restent largement inexplorées les questions des pratiques religieuses, des artefacts, des références et des représentations de ceux qui n’adhéraient pas au protestantisme ou qui se dressaient explicitement contre celui-ci. Cette lacune de la recherche concerne également la chronologie. Car on n’est pas catholique au début de la Réforme, mais on le devient. En effet, ce qui m’intéresse est justement ce moment de transition et d’évolution du chrétien médiéval au catholique de l’époque moderne.

Je propose donc d’examiner un des aspects les plus importants de la construction d’appartenances et de distinctions catholiques entre 1520 et 1540 : les objets matériels de la culture religieuse, générateurs de liens sacrés sur terre et avec l’au-delà. Je me concentre avant tout sur l’espace sacré par excellence, les églises. Celles-ci étaient, à la fin du Moyen Âge et de son « christianisme flamboyant » (J. Chiffoleau), remplies d’artefacts religieux de toutes sortes qui différaient en quantité, forme, fonction et valeur selon les territoires, les villes et les paroisses du Saint-Empire. Pensons, à titre d’exemple, aux autels, retables, cierges, lustres, croix, calices, images, statues, châsses, ostensoirs, draps, orgues, cloches ou gisants… Les églises constituaient en même temps une scène pour les pratiques communes effectuées avec ces objets, pour le clergé comme pour les laïcs.

Les protestants se tournèrent successivement contre tous ou certains de ces objets et leur réception pratique. Cette reconfiguration, parfois seulement partielle, de l’espace liturgique s’attaquait aussi aux anciens liens socio-religieux représentés et pratiqués à travers les artefacts. Le refus pouvait se manifester par la simple ignorance des objets mobiles ou immobiles, qui parfois ont même été laissés à leur place ou relégués en-dehors de la nef et du presbytère. Mais les objets pouvaient également être menacés de destruction ou d’iconoclasme.

Qu’en-est-il des catholiques ? Leurs réactions se limitent-elles au refus du refus ? Misent-ils sur une simple constance passive ? Ces deux positions résument la recherche existante, l’une de sensibilité plutôt protestante, l’autre plutôt catholique. J’essaye de montrer qu’au contraire, les objets sacrés avaient un rôle très actif dans la construction du « camp catholique ». Ils deviennent des objets distinctifs qui provoquent et représentent la différence, à travers leur emploi ou leur présence dans l’espace, et forgent ainsi la reconfiguration des liens socio-religieux.

J’examine ces fonctions de la culture matérielle en trois étapes. Dans un premier temps, je décris les représentations données des objets en question dans la littérature de controverse catholique. Ensuite, je passe à l’échelle locale pour examiner à travers quelques cas précis la réception et l’emploi distinctif des anciens objets sacrés dans les rituels catholiques. Enfin, j’étudie l’inscription des objets et des pratiques dans l’espace et le temps de l’actualisation des liens sacrés. »

 

En vue de la préparation de cette séance, nous vous proposons ci-dessous quelques références issues de la bibliographie transmise par l’intervenant. Prioritairement, nous aimerions aussi mettre en évidence l’existence de son carnet de recherche qui est mis à jour régulièrement, et qui constitue également une excellente source de renseignements.

  • Le carnet de recherche « Altgläubige in der Reformation ‘Katholische’ Kulturen und Zugehörigkeiten im Alten Reich und Frankreich (1517-1540) » :  http://catholiccultures.hypotheses.org/
  • Danièle Alexandre-Bidon, « Une foi en deux ou trois dimensions ? Images et objets du faire croire à l’usage des laïcs », Annales HSS, 53, 1998, p. 1155-1190.
  • Olivier Christin, « Le temple disputé. Les Réformes et l’espace liturgique au XVIe siècle »,Revue de l’histoire des religions, 222, 2005, p. 491-508.
  • Emmanuelle Friant, « L’objet religieux dans les testaments lorrains au XVIe siècle », Annales de l’Est, 54, 2004, p. 115-130.

 

Nous espérons vous voir nombreux pour cette séance de la rentrée 2014 qui – à titre de rappel – se tiendra de 17h à 19h dans la Salle Alphonse Dupront, au 10 rue Monsieur Le Prince (6e arrondissement), à Paris. D’ici là, bonnes et heureuses fêtes de fin d’année à tous de la part de toute l’équipe!

 

Séance du 4 décembre 2013: modification de salle

Suite à des travaux ayant lieu au Boulevard Raspail, la séance du 4 décembre 2013 se tiendra au bâtiment le France en salle 2 (rez-de-chaussée).

Nous accueillerons Maryam Borghée, doctorante à l’EPHE sous la co-direction de Jean-Paul Willaime (GRSL) et de Farhad Khosrokhavar (CADIS) pour une séance intitulée “Le voile intégral dans l’altérité: Liens fraternels et rivalités”. Nous la discuterons, en présence d’Anne-Sophie Lamine, professeure à l’Université de Strasbourg et chercheuse associée au CEIFR.