Séance du 5 novembre : « De la place du spirituel dans la direction de conscience catholique du second XIXe siècle »

Le 5 novembre 2013 de 17 à 19h en salle Alphonse Dupront (10 rue Monsieur le Prince, 75006 Paris) aura lieu la première séance de l’atelier doctoral co-organisé par les doctorants du CEIFR et du CARE-CRH (édition 2013-2014) qui a pour but de préparer la journée d’études doctorales « Sacrés liens! II » prévue pour la mi-mai 2013.

Nous accueillerons à cette occasion Caroline MULLER, doctorante à l’Université de Lyon II sous la direction de Bruno Dumons (directeur de recherche au CNRS), et discuterons, en présence de Danièle Hervieu-Léger, de son exposé intitulé « Les métamorphoses d’un lien : de la place du spirituel dans la direction de conscience catholique du second XIXe siècle » dont voici le résumé :

 » La construction d’un lien intime entre personnes est au cœur de la relation de direction de conscience catholique. Dans la seconde partie du XIXe siècle, cette pratique connaît un nouvel essor, notamment au sein des élites catholiques françaises, pour qui elle devient incontournable. C’est la définition de ce lien particulier qui occupera cette communication, et plus précisément la difficulté à caractériser la relation qui s’établit entre directeurs et dirigés dans la direction de conscience telle qu’elle se pratique à la fin du XIXe siècle.

En effet, la pratique de la direction de conscience semble connaître des inflexions par rapport aux normes du XVIIe siècle. Les catholiques qui ont recours à un directeur de conscience recherchent un lien qui n’est plus le lien qui unissait directeur et dirigé au XVIIe, qui avait pour vocation d’aider à progresser sur le plan spirituel. Le nouvel essor de cette pratique au XIXe s’appuie sur des demandes nouvelles des catholiques : les entretiens et les lettres de direction deviennent des lieux d’expression dans lesquels la spiritualité occupe une place secondaire.

Ces nouvelles aspirations des catholiques façonnent un nouveau lien au directeur de conscience : celui-ci voit son rôle évoluer, et le lien qui s’établit entre protagonistes est dès lors difficile à définir, car il superpose de nombreuses configurations de relations. Ce lien recouvre le lien entre patient et thérapeute (souffrance psychologique, problèmes liés à la sexualité, difficultés conjugales), entre ami et confident, entre client et conseiller patrimonial, certains n’hésitant pas à demander de l’aide à leur directeur au sujet d’affaires financières. Cette multiplicité de rôles que les dirigés attribuent désormais à leur directeur aboutit à une certaine dilution du lien initial de fils et père spirituel. Cette dilution n’est d’ailleurs pas toujours bien vécue du côté des religieux.

Il faut dès lors nous interroger sur cet effacement du sacré au sein d’un lien dont la vocation initiale est le progrès spirituel. Comment expliquer cette métamorphose du lien ? Doit-on parler d’un « détournement » du lien de direction spirituelle à des fins laïcisées, ou plutôt d’une réinterprétation de sa fonction par les acteurs ? Quelle place tient alors le sacré dans ce nouveau lien de direction ? Parmi les hypothèses que je développerai, je suggérerai que la dimension spirituelle de la direction de conscience devient un moyen de justifier une prise de parole qui concerne l’intime, sans risquer le reproche de la complaisance à soi ; avoir recours à un directeur autorise à construire un espace où l’on peut dire l’intime, sous toutes ses formes, et non plus seulement les questionnements liés à la foi. »

Nous vous invitons,  à cette occasion,  à consulter le riche carnet de recherche tenu par l’intervenante et intitulé « Acquis de conscience. Histoire(s) de la direction spirituelle au XIXe siècle » consultable à l’adresse suivante : http://consciences.hypotheses.org/?p=444 pour préparer la séance.

La consultation de l’ouvrage d’Hervé GUILLEMAIN, Diriger les consciences Guérir les âmes. Une histoire comparée des pratiques thérapeutiques et religieuses (1830-1939), Paris, Editions La Découverte, 2006, pourra également servir de lecture propédeutique à la préparation de cette séance.

N’hésitez pas à nous signaler toute référence bibliographique – article, chapitre d’ouvrage – susceptible de venir enrichir la séance à venir.

En vous espérant nombreux le 5 novembre!