Compte-rendu de l’atelier doctoral du 2 avril 2013, I.

Cecilia Calheiros (Doctorante au CEIFR-EHESS sous la co-direction de Nathalie Luca et d’Anne-Sophie Lamine), « Cyberespace et attentes eschatologiques : Comment la science et la technique participent à la croyance en une humanité spirituellement connectée ».

Cette étude analyse d’une part l’apparition d’un courant de pensée reposant sur l’idée selon laquelle une humanité en continuum a pu émerger à travers les technosciences  et d’autre part comment le cyberespace est devenu l’objet d’attentes eschatologiques.

Sur fond d’une interrogation générale autour des articulations entre science et croyance, elle s’interroge sur cette volonté de réinvestir symboliquement le collectif par la technique tout en l’articulant à une dimension spirituelle. Comment se développa la croyance en une humanité spirituellement connectée ? Comment Internet fut accueilli comme le moyen technique permettant cette connectivité ? Comment la technique et la science vinrent participer à l’élaboration de cette croyance ? Et quels furent les effets performatifs de cette croyance, qui ont donné lieu à la création d’objets techniques visant à appréhender la conscience globale ?

La présentation est composée en trois étapes. Elle propose un retour sur l’histoire, la nature et l’évolution de certains des éléments culturels qui ont participé à l’émergence de cette croyance.

La première partie est consacrée à la construction de la croyance en une humanité spirituellement connectée. Ce système de pensée reposant à la fois sur certains aspects théoriques de la cybernétique et d’apport d’intellectuels tels que Teilhard de Chardin, Marshall McLuhan et Gregory Bateson a donné lieu à une utopie communautaire reposant sur la conscience globale et à laquelle l’apparition d’Internet a donné une impulsion bien particulière. Pour certains scientifiques et groupes composant la cyberculture, Internet serait le lieu du lien, le point de rencontre qui permettrait de transcender l’humanité, lui conférant de ce fait une portée eschatologique. C’est la réappropriation de ces propos par divers groupes appartenant aux cybercultures qui ont pu donner naissance à ce paradigme.

La croissance du cyberespace a fourni un environnement propice aux réflexions autour de l’Internet communautaire et aux attentes techno-eschatologiques portant sur un organe collectif conscient. Internet étant devenu le lieu d’une utopie sociale et technicienne, Cecilia Calheiros propose dans un second temps une lecture de cet outil comme étant un média libérateur des limites matérielles et des contraintes spatio-temporelles. Elle s’interroge alors sur ce processus de spiritualisation des médias contribuant à conférer un caractère techno-religieux au cyberespace.

En dernier lieu de l’étude, elle expose comment ces croyances sont mises en pratique à travers deux logiciels prédictifs d’anticipation du futur. Comment à partir de la mobilisation du concept de conscience globale ces outils technoscientifiques aux marges de la science disent-ils pouvoir prédire les événements à venir ?

C’est une riche intervention qui nous offre un point de vue particulier du ‘lien sacré’ mettant en exergue les particularités du monde numérique tout en apportant une réflexion sur le lien à la transcendance. Cecilia Calheiros nous invite à interroger le cyberespace comme espace symbolique du re-ligare : un espace dans lequel le lien est un objet porteur de croyance et d’attentes eschatologiques ; un espace qui, pour notre société, donne à la machine un rôle de réenchantement du monde.

Compte-rendu de l’atelier doctoral du 2 avril 2013, II.

Charlotte Blanc (Université de Bordeaux III), « Les traditionalistes catholiques sur les réseaux sociaux : Impacts de la présence et des liens virtuels des communautés sur l’activisme hors-ligne ».

A l’occasion des débats sur le Mariage Pour Tous, certaines catégories de catholiques, auxquelles sont venus se joindre des militants Pro-life, ont l’occasion de se mobiliser politiquement en faisant valoir leur conception morale des valeurs et des structures familiales.

L’intervention de Charlotte Blanc, de l’Université de Bordeaux III, fut l’occasion d’appréhender cette mobilisation politique au prisme de son organisation et de sa structuration sur la Toile.

Cette présentation reposait sur une double interrogation : Comment ces traditionalistes catholiques organisent-ils leurs réseaux en ligne et hors ligne ? Comment organisent-ils leur action publique via le recours aux nouveaux réseaux sociaux ?

L’intervenante a d’abord présenté dans une perspective historique ces catholiques dit de tradition, grâce à la définition de la tradition par Éric Suire, faisant remonter leurs racines à l’intransigeantisme du XIXe siècle et les caractérisant comme contre-révolutionnaires et anti-modernistes. La nature contestataire de ce mouvement alimenterait un « habitus de dissidence », selon l’expression proposée par Jacques Prévotat, qui s’exprima notamment lors du Concile de Vatican II où plusieurs évêques refusèrent les directions et nouvelles orientations données à l’Eglise. Les débats occasionnés par la discussion au Parlement français du Mariage Pour Tous offre aux traditionalistes une nouvelle occasion de faire valoir l’importance du combat politique en faveur de leur conception de la tradition. Cette mobilisation offre la possibilité de pouvoir étudier comment un « groupe religieux en minorité » utilise les nouveaux médias sociaux pour véhiculer un monde virtuel de signes et de représentations leur permettant de faire communauté autrement.

Charlotte Blanc a présenté les résultats provisoires de son travail en cours portant sur une analyse sémio-sémantique de textes, de blogs ou de vidéos recueillis sur le web – analyse de twittosphères ou de profils de traditionalistes trouvés sur Dailymotion – là où les champs sémantiques de la martyrologie, de la « cathophobie » ou de la tyrannie peuvent côtoyer l’utilisation d’images prophétiques contestataires. L’utilisation judicieuse du logiciel de cartographie Gephi a ainsi permis de visualiser de façon globale les différentes connexions qui unissent les acteurs traditionalistes sur les nouveaux réseaux sociaux.

Cette intervention aura donc permis de mettre en lumière comment les traditionalistes catholiques font usage du web et des réseaux sociaux pour organiser leur action sociale et collective ainsi que de distinguer les signes identitaires engagés sur la Toile à travers une approche sémiotique et sociale des contenus diffusés.

Programme de la journée d’étude du 21 mai 2013 (9h30-18h)

Fray Diego Valadés, Rhetorica christiana, 1579
Fray Diego Valadés, Rhetorica christiana, Pérouse, 1579

Voici le programme de la journée d’études doctorales « Sacrés liens ! Étudier les liens en Sciences sociales des Religions », qui aura lieu le 21 mai à l’EHESS (salles du conseil A et B, 190-198 avenue de France 75013 Paris) de 9h30 à 18h. La version pdf du programme est disponible ici et l’affiche ici. Continuer la lecture de Programme de la journée d’étude du 21 mai 2013 (9h30-18h)