Journée d’études doctorales « Sacrés liens! Etudier les liens en sciences sociales des religions » 3 juin 2014

Un an après la première édition de la journée d’études doctorales des étudiants du CEIFR et du CARE-CRH, c’est avec le plus grand plaisir que nous vous annonçons la seconde édition de cette journée annuelle. Elle aura lieu le 3 Juin 2014 de 9h15 à 17h45, au France en salle B des conseils (190 avenue de France, 75013 Paris). Voici le programme de cette journée :

Accueil : 9h15-9h30

Introduction : 9h30-9h40

9h45-11h10 : Sainteté et politique en Amérique Latine. Du lien sacré au lien social.

Discutant : Pierre-Antoine Fabre (EHESS)

  9h50 : Maureen Burnot (Université de Lyon II),

Ruptures, liens et sutures dans les cultes populaires au Gauchito Gil et à San la Muerte en Argentine

10h15 : Viviane Lay Pradel (EHESS),

Teresa de Los Andes : La construction d’une sainteté au Chili au XXe siècle.

Discussion : 10h40/11h10

Pause

11h25-12h50 : Genre, direction spirituelle et sororité. Le lien social à l’épreuve de la croyance.

Discutant : Florence Rochefort (EPHE)

11h30 : Caroline Muller (Université de Lyon II),

De la place du spirituel dans la direction de conscience catholique du second XIXe siècle.

11h55 : Maryam Borghée (EPHE),

Le voile intégral dans l’altérité: liens fraternels et rivalités.

Discussion : 12h20/12h50

Déjeuner à la cantine de l’EHESS : 12h50-14h15

14h15-15h40 : Liens politiques et liens spirituels dans la postérité byzantine.

Discutant : Filippo Ronconi (EHESS)

14h20 : Xavier Agati (EHESS),

Repentir et résurrection d’un empire: l’expérience du lien à Dieu par l’écriture de l’histoire byzantine, selon le Livre des Règnes de Césaire Dapontès (1774).

14h45 : Stamatis Zochios (EHESS),

Liens entre les corps et les âmes des sorcières : le traitement de la croyance démonologique chez Jean Damascène et Ignace le diacre.

Discussion:15h10/15h40

Pause : 15h40-15h55

15h55-17h20 : Pratiques rituelles et divination : le lien à l’épreuve de la Surnature.

Discutant : Stéphan Dugast (IRD)

16h : Olivia Legrip (Université de Lyon II),

Les objets de la divination à Madagascar. Construction du lien sacré de l’initiation à la pratique rituelle.

16h25 : Laeticia Fronval (EHESS),

La divination poétique en Iran : lien sacrés et liens croisés de la bibliomancie.

Discussion : 16h50/17h20

Conclusion : 17h20-17h45

 

Séance du 1er avril 2014 « Retrouver la Cité de Dieu en écrivant l’histoire byzantine »

La prochaine séance de notre atelier doctoral aura lieu mardi 1er avril 2014 au 10, rue Monsieur le Prince de 17h à 19h.

Nous aurons le plaisir d’écouter Xavier Agathi, doctorant au Centre d’Etudes Byzantines, Néo-Helléniques et du Sud-Est Européen du CRH – EHESS. Il travaille sous la direction de Paolo Odorico et sera discuté par Radu Paun, chercheur au CERCEC.

Notre intervenant travaille à l’édition critique et à l’étude de deux manuscrits autographes inédits du Livre des Règnes du moine Césaire du Monastère Xiropotamos du Mont Athos, au XVIIIème siècle, ayant porté pendant sa vie laïque le nom de Konstantinos Dapontes. Pour son intervention, Xavier Agati nous fait part du résumé qui s’avère d’ores et déjà riche et qu’il intitule « Retrouver la Cité de Dieu en écrivant l’histoire byzantine ».

La problématique du lien définie par l’objectif du séminaire, omniprésente dans mon travail, se déploie suivant quatre axes fondamentaux toujours totalement imbriqués: le lien intime de l’individu à Dieu, le lien spécifique de l’individu aux modèles humains que sont les personnages des rois, le lien aux semblables en religion (c’est à dire les confrères moines), ces trois liens créant finalement le lien social lui-même, à savoir la fondation d’une culture donnée, elle-même fondatrice de l’individualité.

Le texte comme expression du lien de l’auteur à Dieu

L’auteur est un moine qui, suite à des actions malhonnêtes pendant sa vie séculière de haut dignitaire auprès des Souverains de Moldavie et de Valachie, a senti l’absolue nécessité de repentance au sein de la vie monastique; le texte, entièrement tourné vers Dieu, encadré par des appels à Dieu, entrecoupé d’hymnes à la Vierge et à la Croix, se révèle être lui-même œuvre de repentance et appel tout entier à la miséricorde divine. C’est en ce sens fondamental qu’il faut comprendre sa structure si particulière.

Ecrire l’histoire des Empereurs de Constantinople devient bien autre chose qu’un simple exposé historique: le macrocosme étant en correspondance mystique avec le microcosme, parler des empereurs de Byzance à une époque où celle-ci était encore une réalité vivante constitue une restauration de l’âme brutalisée et martyrisée par les malheurs et les péchés, tout comme l’Empire Byzantin a subi la défaite devant l’armée ottomane et vit sa période de “calvaire”, de “purge spirituelle” sous la domination ottomane depuis trois siècles. L’auteur vise à retrouver la Byzance éternelle qu’est l’immortalité sereine de son âme apaisée. L’auteur est donc lui-même l’Empire Byzantin, la Cité de Dieu éternelle de Saint-Augustin.

Le texte comme lien entre l’auteur et les Empereurs Byzantins

Le but de l’auteur est non seulement de parvenir à purger sa propre peine en vue de la rédemption, mais aussi d’inviter tous les chrétiens et plus largement toute personne à réfléchir sur les actions des empereurs byzantins et sur ceux qui ont poursuivi leur œuvre jusqu’au XVIIIème siècle (les évêques et Patriarches qui prolongent la dignité impériale byzantine après la conquête ottomane de Constantinople): d’où l’enveloppe historique que prend son œuvre. Enfin, il s’agit de méditer sur le sens même de l’histoire.

Les empereurs byzantins sont à considérer dans le sens byzantin, c’est à dire en tant que garants d’un ordre religieux et cosmique. Ces Empereurs en effet, ont d’après l’auteur parfois bien agi, souvent mal, et ont encouru finalement le courroux divin qui a précipité Constantinople vers sa chute, d’abord sous l’action des Croisés, puis sous celle de la dynastie ottomane, au pouvoir au moment de la conception de l’oeuvre. Un parallélisme constant est établi entre ces empereurs (ou grands personnages de l’Empire) et l’auteur lui-même, au détour d’un paragraphe ou d’un vers (le texte étant entièrement versifié), parfois davantage explicité en complets paragraphes; l’auteur par exemple s’assimile au général Bélisaire, devenu presque empereur sous le règne de Justinien mais soudain rabaissé au dénuement, ou à l’Impératrice Irène, pécheresse au point de mutiler son fils, mais repentie par la suite et accédant à la sainteté.

L’œuvre permet de réfléchir à la conception même de l’histoire à Byzance: le lien constant entre les personnages et actions du passé, d’une part, et l’homme du présent, d’autre part, explique et justifie l’économie entière de l’œuvre, qui navigue entre toutes les époques au gré de points communs implicitement ou explicitement d’ordre théologique, malgré la trame d’ensemble chronologique. Cette œuvre est l’une des manifestations, en effet, de la conception byzantine du temps, cyclique, borné, dont toutes les composantes ont déjà été écrites de toute éternité par la volonté de Dieu. L’histoire est théologie.

Le texte comme lien de l’auteur à son auditoire.

Consacré sans cesse à Dieu, le texte ne présente pas moins de très nombreuses allusions à un auditoire, quelque fois imprécis, le plus souvent défini.

Sans parler des destinataires anonymes virtuellement présents puisque l’œuvre était destinée à la publication, les destinataires nommés de l’œuvre sont les suivants: les moins définis sont les “Empereurs” sans précision, parfois les “Généraux”, c’est à dire tous ceux qui doivent s’instruire spirituellement devant l’exemple de leurs homologues byzantins. Les plus explicites et fréquents sont les “frères auditeurs”, c’est à dire les moines qui entourent Césaire, surtout les jeunes qui prennent connaissance de l’œuvre et s’instruisent spirituellement à son contact (Césaire a d’ailleurs eu au moins un fils spirituel).

C’est à un certain moment très particulier de l’œuvre que cet auditoire des moines devient lui-même personnage de l’histoire racontée: un passage fondamental, en effet, constitue un appel à la guerre lancé aux jeunes moines du monastère; Césaire les appelle directement à saisir les armes contre les Ottomans au moment où l’armée russe marche en 1773-1774 vers Constantinople, et à profiter des Russes, instruments de la Providence, pour rendre Constantinople à un nouveau souverain byzantin chrétien. Le sens-même de l’œuvre devient en effet politique, puisqu’il s’agit de passer de la réflexion à l’action: de manuel de bonne conduite pour ceux qui ont hérité, au XVIIIème siècle, de la dignité des Empereurs byzantins, à savoir le clergé orthodoxe, le texte devient aussi un manifeste.

 

Compte-rendu de la séance du 4 décembre 2013 : « Le voile intégral dans l’altérité: Liens fraternels et rivalités »

Invitée : Maryam Borghée (EPHE-GSRL)

Discutante : Anne-Sophie Lamine (Université de Strasbourg et EHESS)

Cette séance a permis de mettre en lumière un aspect du livre de Maryam Borghée sur le voile intégral en France. L’intervention a porté sur la nature des liens qui unissent ou désunissent les femmes portant ce voile également appelé « niqâb ». Elle s’est principalement concentrée sur deux objets. Le premier portait sur les liens entre niqabées dans la sphère privée et la sphère publique, le second consistait à expliquer la vision de ces niqabées sur les autres femmes musulmanes qui portent d’autres types de voile ou qui n’en portent pas du tout. À partir d’un panel de citoyennes françaises très jeunes, Maryam Borghée montre bien qu’en dépit de la campagne de désinformation politico-médiatique autour des femmes portant ce vêtement qui recouvre le corps et le visage, son usage découle d’un libre arbitre et d’une modalité parmi d’autre dans le vécu de l’islamité.

Dans un premier temps, l’auteur indique que l’ostracisme institutionnel dont les niqabées font effectivement l’objet les place dans une situation de victime qu’elles finissent par revendiquer. Le sentiment d’injustice conforte une frange d’entre elles dans un rôle subversif et contestataire. Le voile intégral se porte avec plus ou moins de difficulté parce que ces femmes peuvent subir brimades et injure, dans la rue et les services publics (coups, crachats, insultes, contrôles d’identité musclé…). Ces événements viennent renforcer leur foi et la façon de l’assumer, quand elles ne le retirent pas sous la pression de leur entourage. Ils sont considérés comme des épreuves divines, conférant alors une dimension sacrificielle à leur religiosité.

Cette stigmatisation collective engendre chez les niqabées de la cohésion sociale par le biais d’une appartenance empathique autour de ce stigmate. En partageant les problèmes qu’elles rencontrent, une sororité très forte se maintient, laquelle s’est construit autour d’un ennemi extérieur au groupe. On retrouve ainsi dans les entretiens réalisées par la sociologue le champ lexical de la conquête et de la martyrologie appuyé par un système de légitimation basé sur le thème de la désobéissance civile.

Le second temps de cet atelier consistait à expliquer comment ces citoyennes sont venues à porter le niqâb. Maryam Borghée explique que même si de nombreuses femmes le retirent quelques jours après l’avoir essayé, le niqâb participe d’un phénomène d’émulation inconscient fondé sur l’imitation, il génère une concurrence morale, esthétique et éthique. L’argument religieux intervient a posteriori pour légitimer la volonté de porter le niqâb, il conforte la femme dans sa décision personnelle. Il représente une façon d’investir la piété, le beau, la pudeur. Il s’agit là d’un processus d’identification qui cherche à s’attribuer les qualités enviée de cette altérité idéalisée. En effet, les femmes qui décident de porter le niqâb supposent que leurs consœurs (à la télé, dans le quartier) ont de bonnes raisons de le porter. Les milieux virtuels participent également à cette émulation puisque le thème de la « vraie » tenue islamique est très présent sur des sites communautaires qui constituent des lieux d’entraide, d’échange et de motivation entre les intéressées qui y livrent les détails de leur vie.

Enfin, l’auteur analyse l’ambivalence et les paradoxes propres à ces mêmes liens. Si dans la sphère privée la sororité semble présente, les lieux publics (non-mixtes, comme la mosquée) laissent place à une ambiance plutôt morose. La sociologue observe sur ce terrain des clivages selon l’endroit où les femmes musulmanes se rencontrent. La fraternité n’a alors plus de prise quand elles sont réunies en masse dans un espace clos. L’individualisme et la méfiance y sont très marqués et c’est plutôt la forme du petit clan exclusif qui prédomine. La question suivante se pose alors : si la tenue islamique a initialement une fonction de distinction qui tend à prouver aux autres une authentique piété, comment se distinguer quand l’apparence extérieure semble identique ? Pour la sociologue, c’est là que naissent des rivalités et des tensions. Elles prennent la forme d’une concurrence religieuse où la performance passe par l’apparence. L’enjeu majeur est d’optimiser son image et sa réputation afin d’être choisie par un « frère pieu » et pour les femmes mariées, de préserver son couple d’une polygamie qui n’est pas un tabou dans les milieux salafistes. C’est dans un climat de surveillance mutuelle et de délation des négligences religieuses réelles ou avérées pouvant aller jusqu’à la remise en cause de leur islam qu’évoluent les intéressées. Cette concurrence se construit par ailleurs face à celles qui ne portent pas le voile et qui peuvent être considérées comme trop modernisées ou faussement musulmanes.

La discussion dense et passionnante, animée par Anne-Sophie Lamine, a pointé la nécessité d’avancer quelques éléments quantitatifs à cette étude très intéressante. La professeure a ainsi invité la doctorante à développer son analyse autour de la temporalité relative au niqâb et à quantifier ses nouvelles données, afin d’apporter un éclairage supplémentaire à une investigation qui se veut avant tout qualitative.

Séance du 4 février 2014. « Teresa de Los Andes : La construction d’une sainteté au Chili du XXe siècle »

Pour la 4ème séance de « Sacrés liens! » II, nous aurons le plaisir d’accueillir Vivian Lay-Pradel, doctorante au CARE-EHESS sous la direction de Pierre-Antoine Fabre. Elle viendra nous parler de son sujet de thèse qui porte sur Teresa de Los Andes : La construction d’une sainteté dans le Chili du XXe siècle. La séance se tiendra le mardi 4 février en salle Dupront au 10, rue monsieur le Prince (Paris 6ème), de 17h à 19h. Elle sera discutée par Emma Aubin-Boltanski chargée de recherche au CEIFR-EHESS.

Vivian Lay-Pradel nous propose une intervention qui portera sur la figure de Teresa de Los Andes, sainte carmélite vénérée en tant que figure centrale de la religiosité catholique chilienne. Elle cherchera à reconstruire le processus de fabrication d’une sainteté dans le Chili du XXe siècle. Son propos consistera à présenter en quoi cette sainte chilienne peut être considérée comme une figure unifiant différents modèles de spiritualité et sainteté qui constituent un personnage cohérent s’ajustant aux modèles traditionnels de la sainteté féminine – Thérèse de Lisieux, Teresa d’Avila -. Elle propose également un exemple pertinent permettant de comprendre le processus à travers lequel un vécu subjectif devient un modèle de spiritualité et l’objet d’un culte légitimé par l’Église.

Voici le résumé de sa présentation:

« Teresa de Los Andes a vécu 19 ans au XIXe siècle sous le nom de Juana Fernández Solar. Elle a été élevée au sein d’une famille catholique, héritière de vastes territoires agricoles au centre du pays et a été éduquée au pensionnat du Sacré Cœur. Par une intense spiritualité, une discrète activité catéchétique, des actes de charité envers les enfants pauvres et une stricte méthode de contrôle et de connaissance de soi, Teresa essayait de répondre à l’appel qu’elle dit avoir reçu de Jésus à l’âge de quatorze ans. À l’époque où le Chili affrontait un processus de mutations politiques et sociales à travers des manifestations ouvrières, où les intellectuels réfléchissaient autour du Centenaire de la République (1910) et se lançaient dans les idées de construction, de progrès et de modernisation, Juanita Fernández entre chez les Carmélites Déchaussées des Andes au monastère du Saint Esprit. Elle y a vécu pendant onze mois jusqu’à sa mort parce qu’elle souhaitait devenir une sainte. Soixante-treize ans après, ses prières ont été exaucées. A Rome, en mars 1993, elle a été canonisée par Jean Paul II.

Afin d’étudier la figure de Teresa de Los Andes j’ai réalisé une analyse des manuscrits de la sainte. Pour accéder aux sources, j’ai accompli un travail de terrain d’un peu plus de deux mois au monastère du Saint Esprit des Carmélites Déchaussées entre décembre 2010 et février 2011. J’ai pu accéder à tout le matériel qui a été recueilli depuis la mort de la sainte, notamment les 13 carnets manuscrits et 119 lettres autographes. Au monastère sont conservés également de lettres de la famille, des confesseurs et des amies destinées à Juana Fernández, aussi bien que de documents administratifs du procès de canonisation.

Cette séance de l’atelier doctoral, commun au CEIFR et au CARE, sera l’occasion de réfléchir sur la notion de lien à travers la figure de Teresa de Los Andes. Je vous proposerai d’identifier les modalités à travers lesquelles Teresa tâcha d’accéder à la sainteté, état qui selon elle doit lui permettre d’accéder « à la fusion totale avec le divin » à travers l’analyse des carnets intimes, j’essaierai de montrer la manière dont elle s’est construit dans son rapport à l’autre, (à ses contemporains mais aussi à Dieu). Le rapport de Teresa avec le divin se fonde sur une vision du monde où chaque élément trouve bien sa place et où Dieu apparaît comme la réalité ultime : une dimension d’amour immuable, éternelle et infinie avec laquelle les êtres humains sont en relation à partir de leur petitesse et de leur faiblesse. Conception du monde où le « Néant » des hommes aspirent trouver le « Tout » de Dieu. Le moyen d’arriver à l’immensité de Dieu est alors de faire Un avec l’humanité du Christ. Pour ce faire, Teresa choisit alors la voie de la souffrance qui se manifeste à travers la douleur physique, la maladie, le martyre d’amour, les expériences surnaturelles et le sacrifice. Je tâcherai de démontrer en quoi la jeune femme tend à dépasser la dimension humaine afin d’atteindre elle-même la réalité du divin. Dans un second temps, je tâcherai d’aborder la spécificité du lien que Teresa établit avec ses proches. La sainte chilienne se décrit elle-même en tant qu’un être pour les autres. Les relations qu’elle établit avec son entourage sont, pour elle, un moyen de vivre une spiritualité recherchant l’amour de Dieu comme fondement de toute relation personnelle. Teresa assume un rôle de guide spirituel pour ses proches. Elle cherchait à transmettre la notion de vie spirituelle, en montrant l’accès à la vie éternelle, en prêchant un horizon sans limites dans la figure du Christ. Teresa ne se contenta pourtant pas de ce rapport à l’autre. En tant que carmélite, Teresa se considère comme « victime sacrificielle » dans la perspective de réparer le péché des hommes. Ses maladies à répétition et son effort de mortification corporelle participent de cette identification. Ainsi, elle se fait offrande pour les autres, se sacrifie pour leur salut. La vocation à la sainteté de la carmélite s’établit à travers ce que je considérerai comme un lien sacrificiel. Je me proposerai de vous présenter des extraits choisis issus de ses carnets et de la correspondance pour illustrer ce lien sacrificiel spécifique en ce qui pourrait être distingué comme un cas de sainteté désirée. »

Séance du 4 décembre 2013: modification de salle

Suite à des travaux ayant lieu au Boulevard Raspail, la séance du 4 décembre 2013 se tiendra au bâtiment le France en salle 2 (rez-de-chaussée).

Nous accueillerons Maryam Borghée, doctorante à l’EPHE sous la co-direction de Jean-Paul Willaime (GRSL) et de Farhad Khosrokhavar (CADIS) pour une séance intitulée “Le voile intégral dans l’altérité: Liens fraternels et rivalités”. Nous la discuterons, en présence d’Anne-Sophie Lamine, professeure à l’Université de Strasbourg et chercheuse associée au CEIFR.

Séance du mercredi 4 décembre: Le voile intégral dans l’altérité: Liens fraternels et rivalités

La prochaine séance de notre atelier doctoral aura exceptionnellement lieu le mercredi 4 décembre, de 17h à 19h, salle 2 au bâtiment le France (Avenue de France 75013).

Nous accueillerons Maryam Borghée, doctorante à l’EPHE sous la co-direction de Jean-Paul Willaime (GRSL) et de Farhad Khosrokhavar (CADIS) pour une séance intitulée « Le voile intégral dans l’altérité: Liens fraternels et rivalités ». Nous la discuterons, en présence d’Anne-Sophie Lamine, professeure à l’Université de Strasbourg et chercheuse associée au CEIFR.

Voici le résumé de sa présentation:

L’Islam comporte un champ varié et concurrentiel qui illustre des différences de points de vue doctrinale et politique mais aussi des disparités sociales et culturelles. Des courants d’obédiences différentes se disputent la légitimité et la visibilité de l’islam dans l’espace public et au cœur des mosquées. L’ouvrage Voile intégral en France, Sociologie d’un paradoxe analyse les dimensions religieuses, sociales, spirituelles, et esthétiques d’une pratique vestimentaire visible dans les milieux fondamentalistes salafistes et tabligh mais aussi chez des musulmans sunnites éloignés de tout courant idéologique. Composée de jeunes réislamisées et de converties, le plus souvent issue des classes de vulnérabilité des zones périphériques urbaines, la population concernée par une religiosité en marge du sens commun des musulmans français se heurte à une désapprobation générale.

Grâce à cette étude qualitative, l’examen anthropologique des facteurs individuels et collectifs, a permis la compréhension d’un phénomène nouveau, peu étudié en dehors du prisme sécuritaire et stratégique. L’examen de la subjectivité de ces femmes et des motivations intimes, croisé aux données factuelles et structurelles de leurs conditions de vie, ont fourni des résultats probants qui constituent le socle de nos recherches doctorales portant sur les salafismes en Europe.

Dans le cadre d’une intervention au séminaire « Sacrés liens ! » notre attention s’arrêterait sur un aspect circonscrit du lien humain et des rapports interpersonnels qui animent ces acteurs sociaux. Sur le thème de l’altérité, nous distinguerions deux volets : le regard que portent les voilées entre elles d’une part et la vision qu’elles ont des musulmanes en général, d’autre part. Quels sont les liens qui les unissent ? D’abord, existent-ils effectivement et sous quelles formes se manifestent-ils ? Quelles sont les raisons qui les désunissent ? Nous pourrions développer le premier volet, en soulignant les ambivalences très fortes et la complexité des liens symboliques de sororité qui se font et se défont, entre ces croyantes, autour de pratiques rituelles identitaires et de l’usage du niqâb en particulier.

 

Programme annuel des ateliers doctoraux « Sacrés liens ! Etudier en sciences sociales des religions »

Voici le programme annuel des séances d’atelier « Sacrés liens ! Etudier en sciences sociales des religions » animées par les doctorants du CEIFR et CARE-CRH:

Ce séminaire doctoral a lieu tous les 1ers mardis du mois de 17h à 19h en salle Dupront (10, rue Monsieur Le Prince).

NB : La séance du mois de décembre aura lieu le mercredi 4 décembre de 17h à 19h en salle 6 au 105 boulevard Raspail.

Mardi 5 Novembre: « Les métamorphoses d’un lien: De la place du spirituel dans la direction de conscience catholique du second XIXe siècle »

Intervenante : Caroline Muller. Université Lyon, sous la direction de Bruno Dumons (CNRS).

Discutante : Danièle Hervieu-Léger

 

Mercredi 4 Décembre: « Le voile intégral dans l’altérité : Liens fraternels et rivalités »

Intervenante : Maryam Borghée. GSRL EPHE sous la co-direction de Jean-Paul Willaime et de Farhad Khosrokhavar. 

Discutante : Anne-Sophie Lamine (Université de Strasbourg-EHESS)

 

Mardi 7 Janvier : « Objets sacrés, objets distinctifs : Culture matérielle et appartenances catholiques à l’aube de la Réforme allemande ».

Intervenant : Marc Mudrak, CARE-CRH sous la co-direction de Christophe Duhammelle et Thomas Maissen (Université de Heildelberg).

Discutant : Christophe Duhamelle (EHESS)

Mardi 4 Février : « Teresa de Los Andes : La construction d’une sainteté au Chili du XXe siècle »

Intervenant :Vivian Lay Pradel. CARE- EHESS sous la direction de Pierre-Antoine Fabre. 

Discutante : Emma Aubin-Boltanski (EHESS)

Mardi 4 Mars : « Relier les identités disparates: Gauchito Gil et San la muerte, saints métis argentins »

Intervenante : Maureen Burnot. CREA, Université Lyon 2, sous la direction de Patrick Deshayes

Discutant : Pierre-Antoine Fabre (EHESS)

 

Mardi 1er Avril: « Retrouver la Cité de Dieu en écrivant l’histoire byzantine L’Histoire des Empereurs Byzantins comme lien à Dieu, aux Souverains Chrétiens et à l’auditoire monastique orthodoxe du XVIIIème siècle ».

Intervenant : Xavier Agati, CRH-EHESS sous la direction de Paolo Odorico. 

Discutant: Raul Paun (CERCEC-EHESS)

 

Mardi 6 Mai: « Des Hommes et des entités, l’attachement des devins-guérisseurs malgaches à leurs esprits. Construction du lien sacré de l’initiation à la pratique rituelle ».

Intervenante : Olivia Legrip-Randriambelo, CREA Université de Lyon 2, sous la direction de Lionel Obadia. 

Discutant: Michael Houseman (Université Paris I)

Compte-rendu de l’atelier doctoral du 7 mai

Alexandre Tchao (CARE-CRH, EHESS et SNS di Pisa) avec son intervention « Un système fiscal pour le salut: une relecture de la Taxe de la Chancellerie pontificale » propose une approche économique du traitement de la question du salut. Il articule aspects économiques de la religion et conflit compétitif interconfessionnel pour analyser une concurrence des systèmes rédempteurs avec l’apparition du protestantisme. A partir d’une analyse de la Taxe de la Chancellerie romaine et de sa critique protestante par Antoine du Pinet Noroy, il s’interroge sur la transformation du lien comptable qu’entretiennent les croyants chrétiens avec l’au-delà, à l’aube de la Réforme.

Dans un monde en proie à des attentes eschatologiques fortes, la question du salut de l’âme est centrale au point de devenir un facteur de motivation. Or, avec l’époque moderne, le lien comptable qu’entretien le croyant avec l’au-delà et qui définit les termes de son accès au salut, subit des évolutions. Comment ces transformations redéfinissent-elles le paradigme décisionnel du consommateur sur le marché du salut ? En interrogeant des sources catholiques et protestantes dans leurs rapports avec l’au-delà, Alexandre Tchao met en perspective, à partir des théories de l’économiste Gary Becker de modélisation microéconomique, d’une part la quête du salut par le rachat des fautes, et d’autre part le remplacement des bonnes œuvres par l’adoption de la foi. Plus précisément, il pose l’individu comme détenteur de ressources et producteur de biens de salut, face à un choix des technologies salvatrices présentes sur le marché.

La seule composition de la Taxe de la Chancellerie Romaine révèle un certain nombre d’éléments utiles à l’analyse à laquelle procède l’intervenant. C’est en effet un document qui liste des fautes auxquelles sont attribuées des tarifs contre lesquels les croyants obtiennent l’absolution en conscience. Ouvrant ainsi plus rapidement à de meilleures garanties d’accès au purgatoire contre le versement d’une somme d’argent, cet acte de contrition met en évidence dans le système de rédemption catholique, le rapport entre temps et argent, qui s’illustre comme étant les ressources premières requises pour prétendre à une quête de salut. Par l’emploi d’une théorie du consommateur limité par ce budget, Alexandre Tchao propose donc d’étudier les conditions d’accès au salut de cette époque, en empruntant à la Taxe de la Chancellerie Romaine les éléments qui lui permettent de représenter l’évolution probable du niveau d’utilité de ces ressources investies dans un espoir de rédemption.

A partir de sa source historique, il dégage les éléments qui permettent de reconstituer par modélisation la structure comptable de ces deux systèmes salvateurs. Le paradigme décisionnel au marché du salut se résumerait à un choix entre deux modèles :

  • Dans le système catholique, le graphique qui résulte de l’analyse illustre une croissance marginalement décroissante de l’utilité des moyens mis en œuvre par le croyant dans la quête de sa rédemption. En effet : l’emploi de la Taxe de la Chancellerie comme moyen d’accès au salut semble entrer dans une dynamique de morcellement des requis de l’absolution, entreprise depuis déjà plusieurs siècles dans le monde catholique et qui consiste à rendre plus précis et plus accessible le rachat des fautes. Mais cette sous division du produit a pour effet de prolonger le temps de la pénitence vers l’au-delà, et donc paradoxalement aussi d’augmenter le coût total du salut pour l’individu.

  • La source protestante positionne sur ce marché un mode alternatif de rédemption face à l’obsolescence d’un système catholique qui tend à voir diminuer l’utilité des ressources des individus dans l’obtention de leur salut, au fur et à mesure qu’ils cumulent les biens salvateurs. Le modèle concurrent propose donc des termes qui se veulent plus compétitifs : ils aboutissent en une pleine optimisation de toute ressource dans l’acquisition du salut, et se traduisent aussi en une constante maximisation de l’utilité du seul élément requis à sa pratique: la foi.

Face à ces deux modèles, les individus en quête de salut sur ce marché se trouvent confrontés à un choix de consommation tout nouveau et qui bouleverse le coût du salut par le biais de toutes les dynamiques économiques qui sont propres à la concurrence. Cette reconfiguration du marché peut expliquer comment le monde chrétien serait entré en crise du fait de l’incapacité des individus à rendre efficace leurs investissements dans le système d’acquisition du salut catholique, conduisant alors à terme à un « krach dévotionnel » et à l’affirmation de la Réforme. Il faut donc que ces consommateurs de salut s’adaptent à la nouvelle situation du marché : ce serait pour ainsi dire une crise d’adaptation.

2 avril: Cyberespace et attentes eschatologiques : Comment la science et la technique participent à la croyance en une humanité spirituellement connectée ?

Pour la séance préparatoire du 2 avril, Cecilia Calheiros nous propose un exposé intitulé: Cyberespace et attentes eschatologiques : Comment la science et la technique participent à la croyance en une humanité spirituellement connectée ?

Avec son apparition puis sa massification, Internet a été l’objet de nombreuses interprétations religieuses et spirituelles. Appelé par Heidi Campbell « processus de spiritualisation des médias », ces interprétations trouvent leurs racines dans le paradigme cybernétique, qui, quelques décennies avant la création de ce média, avait posé les bases d’un système de pensée dépassant les antagonismes entre l’Homme et les systèmes techniques. Créé dans le but d’initier un nouvel humanisme reposant sur la science, cet humanisme informationnel nous amène à nous questionner sur le rôle de la science et de la technique dans le réenchantement du monde.

Pour cette séance, je propose d’interroger le cyberespace comme espace symbolique du religare. Des cybernéticiens ainsi que des théologiens comme Theillard de Chardin ont contribué à l’élaboration d’un paradigme autour des potentialités d’une humanité spirituellement connectée. Avec l’apparition du world wild web, la métaphore de l’interconnexion spirituelle a pris une dimension empirique, générant alors un ensemble d’espérances sur la possibilité d’accéder à un stade supérieur de l’évolution. Par ces réflexions, la cyberculture a contribuéà une reconfiguration des attentes eschatologiques en les articulant aux techno-sciences.

Nous nous interrogerons d’abord sur la fabrication de cette croyance en montrant comment le cyberespace a été investi d’une dimension transcendante et utopique. C’est ensuite sur la portée symbolique de ce média ainsi que sur les usages pratiques autour de la croyance en l’unification des esprits que nous nous pencherons. Il s’agira ainsi d’analyser son effet performatif, qui, en sortant des sphères spéculatives de la cyberculture, a donné lieu à l’élaboration d’objets techniques visant à appréhender la conscience globale. Sont ainsi apparus des logiciels prédictifs visant d’une part à démontrer l’existence de cette conscience collective et cherchant d’autre part à anticiper les événements dans le but de changer le cours de l’Histoire et de sauver l’humanité grâce à la technique. Dans un monde en proie à l’incertitude et à l’atomisation des individus, ce phénomène nous amènera à nous interroger sur cette volonté de réinvestir symboliquement le collectif par la technique tout en l’articulant à une dimension spirituelle.

Bibliographie indicative

Barkun M.,A Culture of Conspiracy: Apocalyptic Visions in Contemporary America, Berkeley, University of California Press, 2003.

Bateson G.,Vers une écologie de l‟esprit 1 et 2, Paris, Editions du Seuil, Points essais, 1998.

Campbell H., When religion meets new media, London and New York, Routledge, 2010.

Casilli A.,Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité?, Paris, Editions du Seuil, 2010.

Dery M., Vitesse virtuelle. La cyberculture aujourd’hui, Paris, Abbeville Press, Tempo, 1997.

Habermas J., La technique et la science comme idéologie, Paris, Editions Gallimard, 1973.

Kruger O., “Gaia, God, and the Internet: The History of Evolution and the Utopia of Community in MediaSociety” Numen, Vol. 54, No. 2 (2007), pp. 138-173

Levy P., Cyberculture. Rapport au Conseil de l‟Europe, Paris, Editions Odile Jacob, Editions du Conseil de l’Europe, 1997.

MacLuhan M., Pour comprendre les médias, Paris, Editions du Seuil, coll. Points, 1968.

Teilhard de Chardin P., Le phénomène humain, Paris, Editions du Seuil, 1956.

Turner F., From Counterculture to Cyberculture, Steward Brand, The Whole Earth Network, and the Rise of Digital Utopianism, Chicago and London, The University of Chicago Press,2006.

 

2 avril: Les traditionalistes catholiques sur les réseaux sociaux : Impacts de la présence et des liens virtuels des communautés sur l’activisme hors-ligne

Pour la séance préparatoire du mardi 2 avril, Charlotte Blanc nous propose une réflexion sur Les traditionalistes catholiques sur les réseaux sociaux : Impacts de la présence et des liens virtuels des communautés sur l’activisme hors-ligne

Les débats sur le Mariage Pour Tous ont été l’occasion pour certaines catégories de catholiques de manifester leur mécontentement et de rendre visible leur conception morale des valeurs et structures familiales. C’était par conséquent l’opportunité d’observer l’état de ce débat sur les réseaux Internet catholiques, en lien également avec les revendications « Pro-vie ». Le choix s’est porté sur les traditionalistes catholiques dont les contours seront définis en séance préparatoire. La structure même d’Internet est toute indiquée à l’expression des groupes religieux en minorité et des mécontentements. Les médias sociaux offrent la possibilité de faire communauté autrement, dans un monde virtuel de signes et de représentations. Un monde de libre expression qui redéfini les normes et la structure du lien social.

Le sujet de recherche traité se fonde dans un premier temps sur une analyse du concept méso-sociologique de réseau. La question de réseau social implique une mise en relation d’individus sur des dispositifs de communication. La recherche en cours s’intéresse au niveau groupal de la question de réseau, ce qui implique la mise en perspective du concept d’acteur collectif. Le concept de réseau est employé ici en tant que cadre relationnel aux comportements des individus au sein des groupes concernés.

Prenant par conséquent les traditionalistes catholiques et leur activisme dans la lutte contre les IVG, la contraception et le « Mariage Pour Tous », nous partons du postulat que le(s) réseau(x) traditionaliste(s) se fondent à la fois sur des liens préexistants et à la fois sur la notion d’intérêt partagé. L’intérêt partagé des traditionalistes catholiques dans notre objet de recherche concerne la lutte pour la défense des valeurs familiales. Ainsi, après une observation de la structure en réseau des groupes traditionalistes nous nous pencherons sur une approche sémio-pragmatique et qualitative des référents symboliques construits et véhiculés au sein des réseaux traditionalistes.

La (re)présentation des traditionalistes catholiques se constitue, depuis le débat sur le Mariage Pour Tous à l’Assemblée, comme un groupe de pression et se structure autour de la volonté de défendre des intérêts particuliers d’ordre principalement moraux. Nous nous poserons par conséquent la question de l’ « identité numérique » des groupes traditionalistes sur le Net. Autour de quels éléments d’identification et de référents symboliques les traditionalistes échangent-ils et agissent-ils ?

Nous mettrons à plat les cadres théoriques ainsi que les méthodes employées à l’analyse d’une méso-structure et d’une communication orientées vers un but commun et dirigées par une morale et une vision caractérisée de la France chrétienne.

Il incombe de procéder à un travail de typologie sur les structures relationnelles des traditionalistes sur Internet en faisant une analyse des supports employés par ceux-ci et en mettant en rapport avec le type de communication engagée. Ceci fera donc intervenir également la question des usages et des fonctions du Web pour les communautés traditionalistes. Une seconde approche sera à caractère sémiotique et social, puisqu’il s’agira de déterminer les signes identitaires engagés sur la Toile et les stratégies d’« action sociale » que les internautes mettent en œuvre sur le Web. La première démarche s’attache donc à la structure même du support médiatique, la seconde se positionne du point de vue de l’acteur-internaute et de l’acteur collectif qui par leurs actions participent de l’imaginaire groupal des communautés et de l’émergence de l’identité de groupe. L’action jointe de ces démarches permettra d’établir un lien entre structure, production de sens et action collective.

Nous proposons lors de l’atelier de traiter en particulier du cadre théorique et des méthodes mises en œuvre dans le domaine de la recherche sur Internet en SHS ; et nos choix pour l’étude engagée. De même nous souhaitons, pour poser les bases de la communication prévue en mai, aborder les nombreux concepts utilisés pour cette étude (réseau social, communauté virtuelle, identité numérique…) ainsi que de discuter des bases historiques, culturelles et idéologiques du terme « traditionalisme catholique ».

Bibliographie sélective :

BRASHER, Brenda, (2004) Give Me That Online Religion. Rutgers University Press.

CAMPBELL, Heidi A. (2012) “Understanding the Relationship Between Religion Online and Offline in a Networked Society.” Journal of the American Academy of Religion 80 (1), p.64–93.

CARDON, Dominique, (2008/6) « Le design de la visibilité: un essai de cartographie du Web 2.0 »; Lavoisier, Réseaux: Réseaux sociaux de l’Internet, vol.6, n°152, p. 165-193.

CRISTOFOLI, Pascal, (2009) “Aux sources des grands réseaux d’interactions.” Réseaux n° 152 (6) p.21–58.

GOFFMAN, Erving, La mise en scène de la vie quotidienne, « La présentation de soi » (1959) et « Les rites d’interaction » (1967), Collection Le sens commun, Les éditions de minuit.

HELLAND, Christopher, (2005) “Online Religion as Lived Religion. Methodological Issues in the Study of Religious Participation on the Internet.” Online – Heidelberg Journal of Religions on the Internet volume 01.1 (Special Issue on Theory and Methodology): p.1–16.

KRÜGER, Oliver, (2005) “Methods and Theory for Studying Religion on the Internet : Introduction to the Special Issue on Theory and Methodology.” Online – Heidelberg Journal of Religions on the Internet volume 01.1 (Special Issue on Theory and Methodology): p.1–7.

LAZEGA, Emmanuel, (2007) “Réseaux Sociaux Et Structures Relationnelles.”puf, « Que sais-je ? »

MERZEAU, Louise, (2009/1) « Présence numérique : les médiations de l’identité » ; Les enjeux de l’information et de la communication, volume 2009, p. 79-91.

MILOT, Micheline, (1998) “Religion et intégrisme, ou les paradoxes du désenchantement du monde.” Cahiers De Recherche Sociologique (30)

PERRIN, Luc, (1989) L’affaire Lefebvre. Cerf.

PROULX, Serge, (2004) « Les communautés virtuelles construisent-elles du lien social ? » XVII° congrès international des sociologues de langue française, Tours, 5-9 juillet 2004. In Actes de travaux de groupe de Sociologie de la communication, Janvier. 291-297.

TINCQ, Henri, ( 2009) Catholicisme: le retour des intégristes. CNRS Editions.

Séance du 2 avril: Liens hypertextes et liens sociaux. Reconfigurations du croire par et sur Internet.

Mardi 2 avril, de 17h à 19h en salle Alphonse Dupront (10 rue Monsieur le Prince) aura lieu la troisième séance de l’atelier doctoral co-organisé par les doctorants du CEIFR et du CARE-CRH, qui a pour but de préparer la journée d’études « Sacrés liens ! Etudier les liens en sciences sociales », du 21 mai 2013. Cet atelier interrogera Internet comme lieu du lien et support des reconfigurations du croire. Pour interroger cet espace symbolique comme lieu d’expression et d’inter-relations, deux interventions vous seront proposées :

Charlotte Blanc doctorante en Sciences de l’Information et de la Communication au MICA (Université de Bordeaux 3) nous proposera un exposé intitulé : Les traditionalistes catholiques sur les réseaux sociaux : Impacts de la présence et des liens virtuels des communautés sur l’activisme hors-ligne.

Cecilia Calheiros doctorante en sociologie au CEIFR-EHESS nous proposera un exposé intitulé : Cyberespace et attentes eschatologiques : Comment la science et la technique participent à la croyance en une humanité spirituellement connectée.