Compte-rendu de l’atelier doctoral du 7 mai

Alexandre Tchao (CARE-CRH, EHESS et SNS di Pisa) avec son intervention « Un système fiscal pour le salut: une relecture de la Taxe de la Chancellerie pontificale » propose une approche économique du traitement de la question du salut. Il articule aspects économiques de la religion et conflit compétitif interconfessionnel pour analyser une concurrence des systèmes rédempteurs avec l’apparition du protestantisme. A partir d’une analyse de la Taxe de la Chancellerie romaine et de sa critique protestante par Antoine du Pinet Noroy, il s’interroge sur la transformation du lien comptable qu’entretiennent les croyants chrétiens avec l’au-delà, à l’aube de la Réforme.

Dans un monde en proie à des attentes eschatologiques fortes, la question du salut de l’âme est centrale au point de devenir un facteur de motivation. Or, avec l’époque moderne, le lien comptable qu’entretien le croyant avec l’au-delà et qui définit les termes de son accès au salut, subit des évolutions. Comment ces transformations redéfinissent-elles le paradigme décisionnel du consommateur sur le marché du salut ? En interrogeant des sources catholiques et protestantes dans leurs rapports avec l’au-delà, Alexandre Tchao met en perspective, à partir des théories de l’économiste Gary Becker de modélisation microéconomique, d’une part la quête du salut par le rachat des fautes, et d’autre part le remplacement des bonnes œuvres par l’adoption de la foi. Plus précisément, il pose l’individu comme détenteur de ressources et producteur de biens de salut, face à un choix des technologies salvatrices présentes sur le marché.

La seule composition de la Taxe de la Chancellerie Romaine révèle un certain nombre d’éléments utiles à l’analyse à laquelle procède l’intervenant. C’est en effet un document qui liste des fautes auxquelles sont attribuées des tarifs contre lesquels les croyants obtiennent l’absolution en conscience. Ouvrant ainsi plus rapidement à de meilleures garanties d’accès au purgatoire contre le versement d’une somme d’argent, cet acte de contrition met en évidence dans le système de rédemption catholique, le rapport entre temps et argent, qui s’illustre comme étant les ressources premières requises pour prétendre à une quête de salut. Par l’emploi d’une théorie du consommateur limité par ce budget, Alexandre Tchao propose donc d’étudier les conditions d’accès au salut de cette époque, en empruntant à la Taxe de la Chancellerie Romaine les éléments qui lui permettent de représenter l’évolution probable du niveau d’utilité de ces ressources investies dans un espoir de rédemption.

A partir de sa source historique, il dégage les éléments qui permettent de reconstituer par modélisation la structure comptable de ces deux systèmes salvateurs. Le paradigme décisionnel au marché du salut se résumerait à un choix entre deux modèles :

  • Dans le système catholique, le graphique qui résulte de l’analyse illustre une croissance marginalement décroissante de l’utilité des moyens mis en œuvre par le croyant dans la quête de sa rédemption. En effet : l’emploi de la Taxe de la Chancellerie comme moyen d’accès au salut semble entrer dans une dynamique de morcellement des requis de l’absolution, entreprise depuis déjà plusieurs siècles dans le monde catholique et qui consiste à rendre plus précis et plus accessible le rachat des fautes. Mais cette sous division du produit a pour effet de prolonger le temps de la pénitence vers l’au-delà, et donc paradoxalement aussi d’augmenter le coût total du salut pour l’individu.

  • La source protestante positionne sur ce marché un mode alternatif de rédemption face à l’obsolescence d’un système catholique qui tend à voir diminuer l’utilité des ressources des individus dans l’obtention de leur salut, au fur et à mesure qu’ils cumulent les biens salvateurs. Le modèle concurrent propose donc des termes qui se veulent plus compétitifs : ils aboutissent en une pleine optimisation de toute ressource dans l’acquisition du salut, et se traduisent aussi en une constante maximisation de l’utilité du seul élément requis à sa pratique: la foi.

Face à ces deux modèles, les individus en quête de salut sur ce marché se trouvent confrontés à un choix de consommation tout nouveau et qui bouleverse le coût du salut par le biais de toutes les dynamiques économiques qui sont propres à la concurrence. Cette reconfiguration du marché peut expliquer comment le monde chrétien serait entré en crise du fait de l’incapacité des individus à rendre efficace leurs investissements dans le système d’acquisition du salut catholique, conduisant alors à terme à un « krach dévotionnel » et à l’affirmation de la Réforme. Il faut donc que ces consommateurs de salut s’adaptent à la nouvelle situation du marché : ce serait pour ainsi dire une crise d’adaptation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *